Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

En savoir plus, paramétrer les cookies. En savoir plus

J'ai compris

 

En poursuivant votre navigation,

vous acceptez l’utilisation de cookies

pour vous proposer des services

et des offres adaptés à vos centres d’intérêt

et mesurer la fréquentation de nos services.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

 

retour accueil uniquement pour le smartphone

 

 

Qui était : Pierre GRABER ?

Photo prise le 27 octobre 2012 à l'issue de la réunion A.R.B.R.E.S.

   Né le 13 février 1930 à Franconville (Val d’Oise), Pierre Graber, nous a quittés le 24 janvier 2013 à Cosne/Loire (Nièvre). Marié, il était père de 3 enfants. Entré en apprentissage à l’âge de 14 ans, il a repris des études et obtenu un brevet de dessinateur industriel, puis a suivi des cours d’ingénieur au CNAM, dans la mécanique des pompes.

Adhérant des Amis de la Forêt (AFF) depuis le 22 janvier 1991, Pierre Graber aura une activité débordante au sein de l’association : entretien et balisage de sentiers, participation aux publications de l’association et surtout, ce qui restera sa grande affaire, l’inventaire des arbres remarquables avec son prolongement, l’inventaire des bornages.
En 1993, la Commission Terrain décide de répertorier, sur l’ensemble du massif forestier de Fontainebleau, tous les sujets pouvant prétendre au label « Arbre Remarquable ». Pierre Graber prend rapidement la direction du groupe chargé de cette mission avec les baliseurs Jean Deligné, Paul Vayssières, Robert de Bray, rejoints plus tard par Georges Courcelaud et Serge Gache.

Pierre Graber et son équipe du Groupe Arbres Remarquables (GAR) succèdent à d’illustres prédécesseurs qui s’étaient déjà préoccupés de la conservation du patrimoine sylvestre : les artistes de Barbizon, les Sylvains Denecourt et Colinet – et son épouse Maria – qui ont répertorié 350 « vieilles écorces ». Jean Vivien, vice-président des AFF, reprend le flambeau en 1969, quand l’ONF demande de dresser la liste des arbres dont la conservation prolongée est souhaitée pour des raisons scientifiques, historiques ou esthétiques. Ses recherches feront l’objet du premier Guide des Arbres Remarquables publié par les AFF en 1988. L’ouvrage répertorie 750 sujets concernant 40 essences. C’est à cette époque que fut choisi le rond bleu protecteur, de la couleur utilisée par les baliseurs des sentiers Denecourt-Colinet.

Cinq ans plus tard, le GAR reprend l’inventaire de Jean Vivien, afin de le compléter et l’actualiser, en faisant un inventaire systématique des arbres remarquables sur l’ensemble du massif forestier. Les 935 arbres recensés, concernant 80 essences, sont répertoriés dans le Guide des Arbres Remarquables du Massif Forestier de Fontainebleau qui paraît en 1998. Depuis la publication de l’ouvrage, Pierre Graber n’a de cesse de mettre à jour cet inventaire en parcourant inlassablement le massif forestier avec son équipe, malgré des problèmes de santé qui le contraignent à se déplacer en fauteuil roulant.

En 2005, il ajoute une nouvelle corde à son arc, en s’attaquant à l’inventaire des bornages des forêts domaniales de Fontainebleau et des Trois Pignons. Le GAR devient alors ARB (Arbres Remarquables et Bornes).
Parallèlement à ces activités, Pierre jouera, durant les années 2002, 2003 et 2004, un rôle prépondérant dans l’élaboration du Guide des Sentiers de Promenade, dont il assurera, en totalité, la saisie informatique des textes et des images. Pierre Graber représentait aussi les AFF auprès des diverses instances intéressant le monde des arbres.
C’était quelqu'un de rigoureux sur un plan intellectuel et sur un plan moral, un passionné qui ne transigeait pas sur la qualité du travail réalisé par son équipe. Il a ouvert les portes de la forêt avec beaucoup de générosité et de gentillesse à beaucoup d’entre nous et s’employait à faire connaître et reconnaître ses travaux par de nombreux articles publiés dans la Voix de la Forêt.

Pierre aura travaillé jusqu’à l’extrême limite de ses forces pour les AFF : sa prestation lors du colloque AFF-A.R.B.R.E.S. du 27 octobre 2012 en est la preuve manifeste. L’association lui doit beaucoup.

Article paru dans LA VOIX DE LA FORET année 2013