Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

En savoir plus, paramétrer les cookies. En savoir plus

J'ai compris

 

En poursuivant votre navigation,

vous acceptez l’utilisation de cookies

pour vous proposer des services

et des offres adaptés à vos centres d’intérêt

et mesurer la fréquentation de nos services.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

 

retour accueil uniquement pour le smartphone

 

BA 2017 09 03


CR 2017 09 03 web 

 

Commentaire intégral

 

CR Sortie Plantes comestibles Dimanche 03 09 2017 de Ghyslaine Beaux


Sortie avec François Thévenon, homme de bon sens et hors courant des modes, qui s’est attaché à nous donner des principes de précaution de base pour l’utilisation des comestibles sauvages champignons et plantes. Comme celui de se fier aux 4 caractères populaires : le bon goût, la consistance, l’abondance, l’identification facile. Il ne s’agit pas de manger n’importe quoi mais de se faire plaisir ! il ne faut pas ravager un site mais faire un prélèvement raisonnable. Autre précaution avec l’emploi des plantes médicinales : ne pas s’improviser médecin ni consulter n’importe quel site internet n’utiliser que des plantes sans danger et en quantité raisonnable. Laisser l’emploi de la Digitale pourpre aux professionnels et l’Aconit napel aux empoisonneurs (par chance la forêt n’en recèle pas..)
Se méfier des noms populaires ou approximatifs donnés aux plantes si on veut les utiliser. Par ex. le laurier (sauce) agrémentera un plat et le laurier (rose) sera toxique !
Se méfier des idées reçues comme celle de ne pas manger de fraises des bois parce que un renard a pu uriner dessus. L’Échinococcose, petit ténia, peut parasiter tout aussi bien un renard que son chien ou son chat familier et l’agent contaminant est constitué par les matières fécales contenant les œufs du ver. Bien laver les fraises devrait être suffisant. « Échinococcose ne doit pas rimer avec psychose » dixit FT.
Tous ces conseils de bon sens sont égrenés au cours de la promenade au parcours non ciblé, montrant que de très nombreuses plantes banales sont de bons comestibles. Vu au passage l’indétrônable ortie ou pissenlit, les aromatiques comme la marjolaine, le thym, ou la moins connue petite pimprenelle au goût de concombre. Mais aussi par chance on a rencontré un site d’Epine vinette, et de Cornouiller mâle, assez rares en forêt donnant d’excellents fruits comestibles.
Si cela vous intéresse, François Thévenon organise des stages culinaires, consulter son site : https://fr-fr.facebook.com/sauvagescomestibles/

 

Recette apéritive avec du lierre terrestre Glechoma hederacea
Ingrédients :
1 bouteille de vin blanc sec
40 à 60g de sucre
10 branches de lierre terrestre
Préparation :
Verser le sucre et le vin blanc dans une carafe.
Ajouter le lierre. Hacher fin.
Laisser macérer une heure avant de filtrer.
Mettre au frais.