Imprimer
Affichages : 2746

Nouvelle date

BA 2018 03 10 

 


CR 2018 03 10web

 

Commentaire intégral

 

CR de la sortie AFF. Apiculture du 10 mars 2018. rédigé par Julie Quélet

Après une première sortie reportée pour cause de neige, une petite dizaine de promeneurs ont bravé le temps maussade pour venir suivre le passionnant discours de Monique CHAUVEAU, notre guide apicultrice.
Monique dispose d’une convention avec l’ONF pour l’installation de ses ruches en forêt. Malgré un affichage clair de son métier et de son autorisation de circulation en forêt, elle a déjà suscité l’animosité de certains promeneurs pour l’utilisation de son véhicule à moteur dans la forêt.


Quelques chiffres :
2000 abeilles meurent par jour, contre 4000 qui naissent
Une abeille peut aller jusqu’à 3km autour de sa ruche
Une abeille vit 2 mois, sauf la reine qui vit 3 ans
Une ruche contient 40 000 abeilles en été, 10 000 en hiver
Une ruche peut produire jusqu’à 80kg de miel


Végétaux permettant la production de miel :
Le miel peut être produit à base du nectar des fleurs (ex : houx, callune) et du sucre des fruits (ex : mûres). Toutes les plantes fleuries ne sont pas mellifères. La langue des abeilles est par exemple trop courte pour pouvoir butiner le lilas.
Les abeilles ont également une autre source de sucre pour la production de miel : le miellat de puceron. Les pucerons sucent la sève sucrée de certains arbres (chêne, sapin) et produisent des déjections mangées par les abeilles, qui s’en servent pour produire un miel particulier, le miel de miellat.


Conservation du miel :
Le miel peut se conserver longtemps, on raconte que des explorateurs ont mangé du miel datant de l’époque des pharaons ! En revanche, à la mise en pot, la DLUO légale indiquée est de deux ans. Un miel peut fermenter si sa teneur en eau est supérieure à 18 (test au réfractomètre), il est alors bon à jeter. Le miel fermenté rend d’ailleurs malade les abeilles. De même, un miel qui présente une phase solide en bas et une phase liquide en haut est aussi à jeter.


Filière apicole en France :
9 000 t de miel sont produite en France pour 40 000 t consommées annuellement. Une grosse partie du miel consommé est donc importé. Attention, certains miel sont trafiqués et contiennent du fructose-glucose aromatisé. Le vrai miel est coupé avec un produit beaucoup moins cher à produire. Il est possible d’apprendre à reconnaître ces miels.


Les métiers des abeilles :
Les abeilles sont extrêmement organisées, chacune a un rôle bien défini : nourrice, porteuse d’eau, cirière, architecte, butineuse, nettoyeuse, ouvrières,… En dernier lieu, les vieilles abeilles deviennent des guerrières prêtes à donner leur vie pour la colonie.
Les butineuses vont chercher les éléments mâles de la fleur (le pollen) pour fournir des protéines aux « bébés abeilles », et récupérèrent le liquide femelle de la fleur (le nectar) dans leur jabot pour les déposer dans les alvéoles de la ruche, pour la production de miel. Lorsque le miel est sous cette forme liquide, il ne faut surtout pas le récolter ! On dit que « ça pisse le nectar ». Il faut attendre que les abeilles aient operculé les alvéoles et qu’elles aient ventilé le miel pour en faire baisser l’humidité.


Problèmes rencontrés : Le frelon asiatique
Le frelon asiatique a été introduit en France en septembre 2016. Une reine fécondée serait arrivée dans une poterie de bonzaï à Bordeaux, ce qui explique que le sud-ouest a été le premier touché par l’invasion. Les abeilles constituent des proies pour les frelons asiatiques. Pour se défendre, elles mordent à plusieurs le frelon (anesthésiant) et se mettent toutes sur lui pour faire monter sa température et le tuer. Monique a subi une attaque massive de ses ruches, de 15 ruches, elle est passée à 5, puis à 1. Il est possible d’installer des grilles à l’entrée de la ruche pour empêcher les frelons asiatiques de rentrer mais
Depuis l’été 2017, un décret oblige l’état à détruire les nids, par l’intermédiaire du préfet, à partir du moment où ils en ont été informés  Monique se propose de s’occuper de la déclaration.


Autres : sangliers qui se frottent aux ruches et les font tomber, varroa, nausémose, souris, manque de nourriture (obligation de donner du sucre aux abeilles en hiver), manque d’eau

Date à retenir : retrouvez Monique CHAUVEAU aux Naturiales à Fontainebleau les 26 et 27 mai, elle pourra vous en dire plus sur les moyens de lutte contre le frelon asiatique, dont la pose de pièges