Les Petits Robinsons

xIv

"La vieille bûcheronne avait raison, s'écria ,Jean, voilà l'orage ; regarde comme le ciel est noir. Tâchons de trouver, la grande route, et ,si nous pouvions rencontrer un charretier qui nous prendrait dans sa charrette ; cela ferait bien notre affaire: J'en ai par-dessus la tête, de la promenade dans les bois.
- C'est pourtant bien beau, dit Pierre: Vois-tu Jean, il faut être plus prêt à tout en voyage, tu ne seras j amans un. grand, voyageur.
-Je l'espère bien ; dit Jean, si tu me rattrapes jamais à m'éloigner de plus de cent pas de la maison de mon, oncle et de la cuisine de Marianne, il fera chaud.
-Toujours la cuisine, dit Pierre, et pourtant tu viens de bien dîner, Jean.
-Et je ne suis, pas ingrat, riposta Jean ; oui, je l'ai trouvé bon notre dîner de pain sec, et c'est pour cela que je voudrais être assuré d'en avoir un pareil pour demain."
Cependant le tonnerre grondait au loin ; la pluie commençait à. tomber très fort.
" Si nous étions encore dans les rochers de tout à l'heure, hasarda Pierre, dans notre belle, caverne nous serions à l'abri.
–J'aime mieux la grande route, s'écria Jean résolûment, dussé-je y être trempé comme une soupe."

Fontainebleau

le carrefour des marais