n'a pas nui à l'esthétique, et que l'expérience de trois siècles ne vérifie pas l'affirmation des artistes. En nous montrant que sa beauté était faite de ses misères, l'ancienne forêt nous donne une grande leçon et nous met en garde contre la vanité des systèmes.

Le traitement appliqué à la forêt avant 1789 se prolonge en réalité jusqu'au milieu du XIXe siècle, sans modifications appréciables. La forêt est, comme par le passé, à la fois une forêt de rapport et une forêt de chasse affectée aux plaisirs des Souverains. Mais l'administration de la chasse et la gestion forestière, au lieu d'être divisée comme sous l'Ancien Régime, sont désormais réunies dans la même main, celle de la Liste Civile. Les méthodes d'exploitation sont sensiblement les mêmes que par le passé, c'est-à-dire assez rudimentaires et, somme toute, assez brutales.

Il n'est donc pas exact que vers 1830 la forêt de Fontainebleau ait eu sa "crise forestière" due à l'application des méthodes nouvelles de l'école de Nancy. Cette école qui vient de s'ouvrir en 1824 ne fournira d'administrateurs à la forêt qu'à partir de 1848 et ne fera guère sentir son influence qu'à cette époque.

Il y a bien en 1830 une crise, mais elle est toute dans les idées. C'est la crise du romantisme qui se manifeste dans la littérature et dans l'art et qui donne naissance à l'école paysagiste. C'est à partir de ce moment, et indépendamment de tout fait nouveau d'ordre forestier, qu'apparaissent les premières protestations des artistes contre les coupes et qu'on réclame des mesures de protection spéciales pour les parties les plus pittoresques de la forêt.

II- LA FORET AU XIXe SIECLE

Le Service Forestier ne reste pas insensible à ce mouvement et une transaction s'établit entre l'intérêt artistique et l'intérêt économique. Elle est réalisée par le Décret d'aménagement du 13 Août 1861.
Cet aménagement laisse en dehors des exploitations 1631 hectares dont 1097 à titre de réserve artistique.
Dans le surplus de la forêt, il substitue aux anciennes méthodes d'exploitation, peu satisfaisantes au point de vue cultural, un règlement établi d'après des idées plus scientifiques. Il inaugure la méthode de la futaie régulière, dite aussi de l'ensemencement naturel et des éclaircies.
C'est à ce moment que l'école de Nancy entre véritablement en scène, et son premier acte est de composer avec les artistes.